A series of Unfortunate Reviews

Alo ui cer le Confinement lol.

La télévision tourne en boucle sur le sujet – je le sais car mes voisins sont branchés sur BFM tous les soirs depuis 2 semaines – et c’est assez pesant. Je n’avais pas vraiment envie d’être plus angoissée sur le sujet que je ne le suis déjà, alors je me suis éloignée de tout ça pour vite me changer les idées. Acte égoïste ou salvateur, j’en sais encore trop rien ; seulement ceci : j’ai cette chance et ce privilège d’être actuellement payée à me tourner les pouces dans mon petit appartement. Et comme gem bi1 l’entertainment et que j’ai l’ennui en horreur, je me suis dit comme beaucoup d’autres qu’il était temps de reprendre enfin ce que j’avais pu mettre de côté.

Eh. Qu’on se le dise. Je comptais bien garder tout cela pour moi et laisser ce blog dépérir dans son coin. Mais j’avoue avoir réalisé un matin à quel point mon expérience de ce confinement était en fait assez chaotique. Alors je me suis dit qu’il était temps pour moi d’admettre publiquement que je suis, réellement, profondément,

une bolosse.

Mais une bolosse cultivée donc voici un condensé de petites reviews de mes chouettes découvertes culturelles du lundi 23 au dimanche 29 mars. Attention, brace yourselves, ne vous claquez pas le front trop fort en me lisant, ce n’est pas la bonne période pour se faire des bobos.

  • Côté Films, j’ai vu le pire et le meilleur de la fantaisie

Si vous me suivez sur Twitwi, vous savez que j’aime bien les films et les séries. Et la fantaisie. Alors un matin, j’ai décidé de lancer sur Instagram l’élection de la pire adaptation au cinéma d’une oeuvre littéraire de fantaisie. J’ai inclus dans ce pool des sagas extraordinairement ratées, comme Percy Jackson, Narnia et Le Hobbit, et rappelé à la mémoire de tous de sérieux navets comme The Mortal Instruments ou encore Le Septième Fils. Il faut savoir que je n’avais pas encore vu ce dernier. Alors pour justifier sa place dans la battle, j’ai perdu deux heures de ma vie à le regarder. Verdict : heureusement que Ben Barnes est beau garçon, parce que j’ai pleuré du sang tout le long… Pendant ce temps sur Insta, c’est Eragon qui a remporté la palme de la pire adaptation en battant Astérix et Obélix aux Jeux Olympiques. Je connaissais le potentiel terrible d’Eragon, mais je ne pensais pas qu’on serait autant à l’avoir détesté woops.

Loin d’en avoir fini avec la Fantaisie, j’ai eu besoin de compenser en regardant ce qui est pour moi la meilleure trilogie de ce genre : Le Seigneur des Anneaux. Mieux, j’ai décidé de revoir la version longue de chacun des films, pour la 859203e fois. J’ai eu beau fangirler sur le trio gagnant formé par Aragorn, Legolas et Gimli, et sauter presque toutes les scènes de Frodon et Sam à partir du deuxième film (oops), ça m’a pris trois (3) jours. Mais disons-le : Le Retour du Roi reste encore aujourd’hui un film inégalable, tant pour les scènes de bataille géniales (Minas Tirith qui pète de partout !) que pour les répliques épiques qu’on y trouve (Eowyn vs le roi des Nazgûl !) ou encore tous les échanges comiques entre Gimli et Legolas. Bref, un chef d’oeuvre – et une aubaine pour tuer le temps !

Oui, ce gif m’a fait beaucoup rire, nous en sommes à J+15 de confinement, laissez-moi.
  • Côté Netflix, j’ai accepté que je finirai seule avec mes chats eh oui

J’avais commencé à regarder Love is Blind au cours de la première semaine de confinement, mais ne ressentant bizarrement pas l’envie de binge watch une expérience sur l’amour et le mariage d’un coup… j’ai mis deux semaines à terminer l’émission. Ce n’est pas que ça a mis en lumière le fait que je vis ce confinement de manière « célibatante » mais…

Bon, en vérité, l’émission est agréable et intéressante à voir, mais allez faut l’avouer aussi : c’est très très /très/ perturbant et cringy de voir la relation entre Jessica et Mark évoluer. Heureusement que les couples formés par Lauren et Cameron, et même Amber et Barnett que je n’aimais pas du tout au début, sauvent l’expérience. Du bon, du mauvais, mais ça divertit, alors pourquoi pas ?

  • Côté Lecture, j’ai galéré mais j’ai enfin fini Les Enfants de Dune

Il faut savoir que l’univers de Dune est très dense, très riche. Sa lecture est passionnante, mais très sérieuse – which means qu’il faut être concentré pour ne pas décrocher des multiples enjeux de l’intrigue. Or, j’ai vraiment eu une concentration à deux balles ces derniers mois.
Alors bon, confinement oblige, j’ai repris vaillamment Les Enfants de Dune (le troisième tome, donc) et j’en suis enfin venue à bout !! Et pour toutes les réflexions politiques, religieuses, écologiques portées par cette histoire, ça en valait la peine. Sa fé réfléchir, quoi.
Le soucis, c’est qu’en reposant le livre sur ma table de chevet, j’ai soudainement paniqué quant à l’adaptation du premier tome au cinéma. J’aime bien Denis Villeneuve, c’est un bon réalisateur de SF (Blade Runner : 2049, Premier contact), mais Dune est universellement réputé pour être impossible à adapter, et j’ai zéro envie d’être déçue. Surtout quand on voit la superbe ribambelle d’acteurs qui se sont engagés pour ce projet. Et il y a tellement à dire, à montrer, à faire, pour rendre justice à l’imagination de Frank Herbert. ……..Okay, retenez-moi ou je vais vraiment finir par écrire un énième article là-dessus avant la fin du confinement. Pas comme si j’en avais déjà écrit des tas pour Le Figaro ahem.

VOILA A LA PROCHAINE POUR DE NOUVELLES AVENTURES.

Iris.

(merci à toutes les personnes qui continuent de se lever chaque jour pour aller travailler pendant que je reste chez moi à attendre, en gros, que la tempête passe. elles risquent littéralement leur vie out there, et je leur suis reconnaissante à l’infini)

Laisser un commentaire